samedi 8 janvier 2011

Almateurisme 133

La femme qui, pendant la guerre, a laissé parler son cœur dans la langue de Goethe se retrouve à la libération à se gratter le crâne nu dans une langue qu'elle ne voudrait plus jamais parler.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire